CONTACTS


Administration : 06 07 99 58 45 lacompagniedesdocks@gmail.com

20, rue Jean Bouin 62200 Boulogne sur mer


ACTUALITES



MA NANA M































    Depuis son accident du travail, un homme, soudeur de métier, reçoit de temps à autre, dans sa chambre d’hôpital, la visite de sa chanteuse préférée : Nana Mouskouri. Entre deux chansons qu’elle lui chante allègrement, il parle de sa vie, de son travail, du service public, du cosmos, de ses envies d’ailleurs et de sa relation frictionnelle avec son fils. Il en rajoute même parfois en se proclamant pour elle grand avocat et général des armées devant l’éternel pour dénoncer l’indifférence des gens et le monde qui fout le camp. Mais bientôt quelque chose cloche. La chanteuse est désormais omniprésente et lui chante en boucle et de plus en plus fort sa chanson : « Quand je chante avec toi Liberté ». Alors, à l’enchantement des premiers échanges succède l’inquiétude. À l’inquiétude succède l’ennui. À l’ennui s’invite la colère.


Extrait

« Quand elle vient

 et qu’tu la sens tout près d’toi

 ta p’tite femme 

hé ben ça chante 

oui ça chante là dans ta tête 

ça chante 

quand elle est là 

elle te parle en chansons

elle met des chansons dans ta tête 

des chansons de Nana 

Nana Mouskouri 

que des chansons de Nana Mouskouri

 elle sait bien c’que t’aime 

ta p’tite femme 

alors la grande Nana 

comme ça 

rien qu’pour toi

 c’est l’paradis gratis 

surtout qu’au début 

au début quand elle est partie 

ta p’tite femme 

de l’aut’côté 

ç’a pas été simple 

ça crie beaucoup là-d’dans 

elle crie sans arrêt 

des grands cris d’femme perdue 

qui agitent toutes nuits 

de longues nuits blanches 

à t’faire marcher les deux pieds

dans l’vide 

la cervelle à ciel ouvert 

Des grandes nuits d’colère 

à étrangler la terre entière 

tellement

tellement elle te fait d’la tempête

là-d’dans... ».


    « Adolescent j’adorais imiter mon père. Ce taiseux aux humeurs rageuses et rouspétantes. L’imiter comme pour mieux ne pas lui ressembler sans doute. Aujourd’hui, dans ce spectacle, je ne l’imite pas, je le joue. C’est ma façon de lui rendre hommage. Je joue mon père pour qu’il puisse une bonne fois pour toutes régler ses comptes et faire la peau à tous les cons du monde, en particulier à quelques patrons pour toutes les heures de travail mal payées et à quelques médécins pour toutes leurs humiliations. Sur scène, je suis aujourd’hui, le porte-voix de mon père ».

Jacques Descorde.



En construction.

________________________________________________________________________________

La compagnie des Docks mène un travail de recherche, de création, de diffusion, de sensibilisation et de formation autour des écritures contemporaines. Elle est subventionnée par le Ministère de la Culture/DRAC Hauts de France, la Région Nord Hauts de France et le Conseil Départemental du Pas de Calais.